UNE EQUIPE D'EXPERTS VOUS REPOND ! Du lundi au samedi de 10h à 19h au  05 31 61 94 46The Fetlock 

L'Humeur de Marianne... Le Paturon

A CHEVAL SUR LA CHAUSSÉE : ATTENTION CHEVAUX !

La semaine passée, au gré de mes pérégrinations sur le web, je suis tombée sur la vidéo d’une cavalière et son cheval se faisant dépasser par un gigantesque camion. Les images ont été capturées par la caméra GoPro de la cavalière et l’on y voit cet énorme poids lourd frôler le couple, passant à tout juste quelques centimètres du couple.
Cette vidéo a été vue plus de 2,8 millions de fois. Je pense que je ne me tromperais pas en affirmant que tout cavalier pratiquant l’équitation d’extérieur a déjà vécu cette situation un paquet de fois. Une voiture qui nous frôle de trop près, un conducteur qui appuie sur le champignon lorsqu’il arrive à notre niveau, ou encore celui qui vous klaxonne, hilare derrière son volant. Je compte sur les doigts d’une main les sorties avec ma ponette ou ce genre d’incident ne nous est pas arrivé. Et j’ai beau connaître ma jument, j’ai beau la connaître par cœur et prendre toutes les précautions possibles et imaginables, j’aimerais dire aux conducteurs que ma jument reste un animal de 400 kilos qui peut à tout moment devenir incontrôlable.  J’aimerais aussi dire à ceux qui nous affirment que nous, cavaliers, n’avons rien à faire sur la chaussée, que si, nous avons tout à y faire et autant le droit qu’eux d’y circuler si nous nous conformons au code de la route. Et surtout, j’aimerais qu’ils sachent que notre plaisir n’est pas de nous promener le long des départementales, et lorsque nous sommes amenés à les emprunter c’est que nous n’avons bien souvent pas le choix et qu’elles restent notre seule option pour rejoindre un chemin ou une forêt. À l’heure de la réforme du permis de conduire, deux trois piqûres de rappel sur le comportement à adopter face à un animal sur la chaussée ne feraient de mal à personne ! Marianne Lallouet, Le Paturon



Septembre, Octobre à cheval ...


L'automne pointe le bout de son nez !  Eh oui ! Il va falloir remplacer les bonnets anti-mouches par les couvertures imperméables et respirantes :)
Mais soyons positifs. Les mois de septembre et d'octobre sont propices aux balades.
Les forêts aux couleurs du feuillage parfois incandescent laissent en suspension une légère brume. Les naseaux des chevaux perlent, le visage du cavalier aussi. Une hydratation naturelle pendant l'effort. Quoi de mieux pour prendre un bol d'air ?
Laissez-vous amener là où votre cheval vous conduit, rênes longues, pieds hors des étriers et faites respirer tout votre corps.
Une colonne d'air passe entre vos omoplates.
La relaxation à cheval en automne et le meilleur moyen pour décompresser, mais surtout procurer à son cheval une sensation de bien être. Un moment de partage privilégié.
Voilà, c'est fini... L'automne est là, mais vous êtes bien...



Le «bronzage cavalier»

On connait le bronzage paysan, mais son cousin germain le bronzage cavalier est bien moins connu. Pourtant, les deux se ressemblent  beaucoup et présentent de nombreuses similitudes.
Bras halés, nez rougi, nuque colorée,
pommettes dorées et ... c'est tout ! Avec notre attirail, pantalon d'équitation, boots et casque, obtenir un bronzage uniforme est quelque peu ... compliqué. Mission impossible ! On ajoutera également pour les inconditionnels de la casquette, la ligne horizontale délimitant un front tout blanc.

Bronzage cavalier équitation

Le contraste entre nos bras caramels et nos jambes sylphides est déstabilisant pour toute personne n'ayant jamais mis le pied à l'étrier et donc n'ayant jamais passé plus de temps à cheval, en pantalon, par 30
degrés, qu'à faire la crêpe au bord de la Méditerranée.
Au final, on s'y fait, l'été ne dure jamais guère plus de trois mois dans nos contrées... Mais bon sang, moi aussi j'aimerais avoir un jour des jambes bronzées !



Ambiance cours de récré, chamailleries etc...

C'est à peu près la situation à laquelle je suis confrontée depuis l'arrivée de ma nouvelle jument, une petite 5 ans qui vient épauler et tenir compagnie à ma ponette de 21 ans.

Voila donc dix jours que je suis l'heureuse propriétaire de deux juments extras.

Marianne Le Paturon

Heureuse, je parle pour moi, puisque ma première ponette tire sévèrement la tronche depuis qu"elle doit partager son pré avec la jeunette. C'est simple, "ma vieille" a dessiné une frontière imaginaire au milieu du pré, et si la jeune a le malheur de mettre un sabot dans SON territoire, ma vieille la charge, oreilles plaquées en arrière et ma jeune rentre illico-presto dans sa chambre.

Le hic, c'est que par la même occasion la première s'est accaparée le bac à eau et
empêche quiconque oserait s'en approcher. Impossible pour la petite d'y accéder. Entre ça, les vols de rations de granulés, les courses poursuites et les couineries, elles mettent de l'animation aux écuries !



J'ai revu... L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux

Je me souviens très bien de la sortie du film L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux. J'avais 10 ans, je montais à poney depuis deux ans et la cassette vidéo (ahh, l'époque bénie du magnétoscope!) tournait à plein régime dans le salon de mes parents. Je le regardais TOUT.LE.TEMPS. En entier, par morceaux... Aujourd'hui encore, je sors souvent le dvd de ma bibliothèque pour le revoir.

Pourtant, je n'ai jamais trop aimé les films sur l'univers des chevaux. Je les trouve toujours ringards, niais et renvoyant une image fausse et pleine de clichés des chevaux et des cavaliers. L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux est le seul film équestre que je trouve fin et juste.

L

À l'époque, je le regardais en tentant de m'identifier à Grace, à sa relation chaotique avec Pilgrim... Aujourd'hui je le regarde en rêvant d'aller un jour monter à cheval dans les pleines immenses du Montana.

PS : Pour les chanceux vivant autour de Chantilly, courrez-y ce weekend pour voir la 7e étape du Global Champions Tour. Elle est de loin ma préférée du circuit pour son cadre magnifique, face au château, au centre de l'hippodrome qui accueillera dans quelques jours le Prix du Jockey Club, le Prix de Diane, ou encore le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe !


RIO : J-88 !

Alors que la flamme olympique vient d'arriver à Brasilia, l'inspection du travail de l'Etat régional de Rio de Janeiro a suspendu des travaux au village olympique en raison d'irrégularités dans les conditions de travail et de sécurité sur le site. Malheureusement, encore une mauvaise pub pour ce qui sera le plus grand événement sportif de l'année.

Pour autant, le compte à rebours est lancé et hors de question pour les nations sélectionnées de perdre de vue l'échéance. Les épreuves d'équitation débuteront dés le 6 août, au lendemain de la cérémonie d'ouverture. Cavaliers et chevaux se donneront rendez-vous au Stade Équestre Olympique de Deodoro, un centre équestre national militaire avec des boxes en dur existants. 88 jours, c'est à la fois beaucoup et peu. Quelques beaux rendez-vous comme La Baule ou Chantilly vont permettre aux cavaliers tricolores d'effectuer les derniers ajustements et montrer le meilleur d'eux-mêmes avant que ne tombe la liste des cavaliers que Philippe Guerdat emmenera avec lui à Rio pour représenter la France.

Une chose est sûre, vous pouvez de suite cocher les dates des rendez-vous olympiques équestres dans votre agenda.
Et c'est le concours complet qui ouvrira le bal (on l'espère, des médailles !).

Bresil Rio Cheval
Concours complet :
Samedi 6 - dimanche 7 août : dressage
Lundi 8 août : cross
Mardi 9 août : saut d’obstacles
Dressage :
Mercredi 10 - jeudi 11 août : Grand Prix
Vendredi 12 août : Grand Prix Spécial
Lundi 15 août : Grand Prix Libre
Saut d'obstacles :
Dimanche 14 août : 1ère épreuve individuelle
Mardi 16 août : 1ère manche par équipe
Mercredi 17 août : 2ème manche par équipe
Vendredi 19 août : Finale individuelle




MARIANNE AIME LA FRANCE QUI GAGNE...
Simon Delestre EquitationCocorico, Simon Delestre
 numéro un mondial !

La rumeur bruissait déjà depuis quelques jours, l’effet de surprise n’était donc pas au rendez-vous...
Le cavalier français Simon Delestre est celui qui est parvenu à détrôner le Britannique Scott Brash, en tête du classement mondial FEI depuis 27 mois. Cinq ans après Kevin Staut et 24 ans après Éric Navet, le jumping français compte donc à nouveau un numéro un mondial.
Cette nouvelle est excellente pour plusieurs raisons : d’abord, on ne peut que se réjouir pour le cavalier lorrain. Cette première place est une très belle récompense pour ce cavalier bourreau de travail qui a le sens de la compétition dans le sang. Par ailleurs, parmi les meilleurs tricolores depuis déjà plusieurs années, Simon Delestre est toujours un petit peu resté dans l’ombre d’autres cavaliers à la personnalité très forte. Il est désormais sur les devants de la scène, grâce à son travail, sa patience et un piquet de chevaux exceptionnel. 
À 150 jours des Jeux olympiques de Rio, cette toute nouvelle première place au sommet de la ranking list est évidemment excellente pour la confiance du cavalier de Qlassic Bois Margot mais aussi pour tous les cavaliers tricolores.
Enfin, la première place de Simon Delestre, va, je l’espère, aider à mettre en valeur notre sport qui souffre injustement d’un manque cruel de médiatisation alors que l’équitation est le troisième sport le plus pratiqué dans l’Hexagone après le football et le tennis. Marianne Lallouet, Le Paturon®


MARIANNE : LE DESTIN BRISE D'OLIVIA INGLIS
#riderforolivia#RideForOlivia

Au regard de la législation, l’équitation est « un sport à risques ». Des études très sérieuses vont également dans ce sens, et même plus loin, en révélant que les sports équestres sont classés 7ème dans la liste des sports les plus dangereux et figurent à la 2ème place lorsque l’on tient compte de la gravité des accidents liés à la pratique de l’équitation.

Ce délicat débat autour de la dangerosité des sports équestres est revenu sur le tapis après le tragique accident d’Olivia Inglis lors du CCE 2* de Scone Horse Trials, en Australie.

Alors que la cavalière de 17 ans franchissait l’obstacle no 8, son cheval « Corolianus » a heurté l’obstacle et s’est écroulé sur elle. Hélas, Olivia Inglis ne s’en est pas sortie. Si ce drame, qui n’est pourtant et malheureusement pas si rare, a touché tous les acteurs du monde équestre, des anonymes aux cavaliers professionnels, c’est parce que cet accident nous rappelle justement à quel point notre sport est risqué. Pour la plus part, nous montons tous à cheval depuis l’enfance.

L’équitation, pour nous cavaliers, n’est plus un sport mais une passion. Une passion qui occupe tout notre temps, qui rythme nos vies, nos journées.
Nous connaissons nos chevaux par cœur, nous devinons leurs humeurs et leurs mauvais jours. Pour certains, nous montons le même cheval depuis des années et des années. Et après tant d’années passées dans les écuries, je crois que l’on en vient à oublier les risques. Ou du moins à les sous-estimer. On oublie que notre cheval est un animal de proie au comportement défensif pouvant faire plus de 8 fois notre poids.
 
Le destin brisé d’Olivia Inglis, cavalière expérimentée et fille de l'une des plus grandes familles de courtiers de chevaux, nous rappelle que cela peut arriver à n'importe lequel d'entre nous. Marianne Lallouet, Le Paturon


MARIANNE AU GRAND PALAIS : 
" Kebir et Quickly ne pouvaient pas rêver d’une plus belle victoire..."
Abdelkebir Ouaddar et son incroyable Quickly de Kreisker

J’ai ce weekend eu la chance d’aller flâner sous la verrière du Grand Palais où se déroulait pendant trois jours la 7e édition du mythique Saut Hermès. 

J’ai assisté à la victoire du génial Bertram Allen, à celle de Kevin Staut et Ayade de Septon*HDC ou encore à celle du couple Romain Duguet/Anna-Julia Kontio dans le Saut Hermès. Mais surtout, j’étais là-bas pour la victoire d’Abdelkebir Ouaddar et son incroyable Quickly de Kreisker dans le Grand Prix dominical.

Après avoir écumé bon nombre de terrains de concours, je n’ai jamais vu une telle scène de liesse pour la victoire d’un cavalier dans un 5* en France. Mon dernier souvenir semblable remonte à 2014 lorsque Patrice Delaveau et Orient Express se qualifiaient pour la finale tournante aux Jeux équestres mondiaux de Caen.
Cette scène est d’autant plus incroyable et fascinante que Kebir n’était pas devant son public, au Maroc. « J’adore le public français. Il m’a toujours accueilli les bras grand ouverts. Je me sens ici comme dans mon deuxième pays. Je sens que le public français est derrière moi évidemment et je lui en suis vraiment reconnaissant » avait-t-il affirmé il y a quelques mois.

C’est sûr, Kebir et Quickly ne pouvaient pas rêver d’une plus belle victoire, la première dans un 5* européen
Marianne Lallouet, Le Paturon


MARIANNE, de la légende à la réalité... " L' Homme a bien connu les licornes ! "
L'info -plutôt amusante- est tombée la veille du 1er avril si bien que l'on aurait pu croire à un poisson...

Mais non, l'information est véridique puisque selon une étude très sérieuse publiée par le réputé American Journal of Applied Sciences, les licornes ont bel et bien existé et ont vécu à la même époque que les être humains. 


Cheval licorneUn crâne de l’animal retrouvé récemment au Kazakhstan a permis d’estimer l’extinction de la dernière des licornes de Sibérie à environ 29.000 ans de cela. Jusqu’à présent, les chercheurs pensaient que la licorne de Sibérie s’était éteinte
il y a 350.000 ans.

Cette licorne mesurait environ 2 mètres de haut et 4,5 mètres de long. Elle pesait aux alentours de 4 tonnes. Sa morphologie ne ressemblait certes pas à celle des chevaux, mais sa corne frontale fait penser à la créature que tout un chacun se plait à imaginer. La licorne ressemblait à une sorte de ... rhinocéros.
Une allure à mille lieues des licornes de notre imaginaire, aux couleurs flashy, parées d'arc-en-ciel et de paillettes.
Marianne Lallouet, Le Paturon

LE PATURON S'ENGAGE
Livraison Colissimo 4,95€
ou offerte dès 79€ d'achat
Chronopost 23h
Retour 15 jours
Paiements
sécurisés
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos offres et nouveautes Je m'abonne
Je me désabonne