Compléments alimentaires cheval : mieux comprendre pour mieux complémenter

Faut-il complémenter mon cheval ? C’est une question que se posent de nombreux propriétaires de chevaux, d’autant plus que de nombreux produits existent. Ceux-ci peuvent être naturels ou non, issus de nombreux laboratoires. Chaque complément alimentaire peut agir différemment selon le cheval, il est donc important d’adapter individuellement la complémentation et le régime alimentaire à chaque cheval.

Qu’est-ce qu’un complément alimentaire cheval ?

Un complément alimentaire est une source alimentaire fortement enrichie en vitamines, minéraux, en substances ayant des intérêts physiologiques ou nutritionnels. Il peut également être à base de plantes aux vertus intéressantes. Leurs formes d’administration varient, ils peuvent être sous forme liquide, d’huiles, de poudre, de granulés… Ils peuvent être administrés par injection ou directement dans l’alimentation.

Un complément alimentaire est souvent spécifique d’une pathologie, d’une période ou d’une situation et est indiqué dans ces cas précis. Une alimentation adaptée autre est indispensable et il ne s’y substitue absolument pas. Un complément alimentaire peut être administré en cure ou épisodiquement selon les produits commercialisés et les objectifs fixés.

Aussi, il est important de rappeler que le cheval est un herbivore. Les produits dérivés d’origine animale ne sont donc pas recommandés.

Pourquoi les compléments alimentaires sont-ils importants pour les chevaux ?

Le cheval a absolument besoin de minéraux et vitamines pour fonctionner correctement. Chacun a en effet une fonction spécifique dans l’organisme. Néanmoins, l’apport doit être équilibré puisque si celui-ci est trop faible ou trop élevé, cela peut induire d’importantes conséquences. La complémentation joue donc un rôle majeur pour combler notamment le manque de certains minéraux. Il convient tout de même de ne pas apporter ces éléments en excès.

Il faut complémenter votre cheval lorsque vous souhaitez lui apporter des éléments qui l’aideront à atteindre un objectif que vous avez fixé. En effet, de nombreux compléments alimentaires existent et sont à utiliser dans des situations bien précises. Par exemple, la complémentation peut être destinée à des chevaux en bonne santé afin d’améliorer leurs performances, de les soutenir lors des changements de saison. Des compléments existent également pour apporter du confort à un cheval âgé, pour soutenir un cheval en convalescence ou ayant des problèmes de santé (diarrhées, coliques récurrentes, arthrose, emphysème…).

Quels sont les bienfaits des compléments alimentaires pour les chevaux ?

Il est très important de bien connaître son cheval avant de le complémenter, savoir ce dont il a besoin. Pour cela, il faut que vous sachiez quel est l’objectif souhaité visé par la complémentation. De plus, il convient de connaître la ration distribuée afin de l’équilibrer avec un complément adapté et de comprendre le produit que vous allez distribuer (Comment est-il fabriqué ? A quoi sert-il ? Comment fonctionne-t-il ? De quoi est-il composé ?).

Remarque : lors de la vérification du procédé de fabrication, sachez que la compression des granulés à froid est préférable pour éviter la destruction des éléments fragiles.

Quels compléments alimentaires cheval pour améliorer la santé ?

  • Faire une cure de vitamines : une cure de vitamines peut être intéressante à mettre en place une à deux fois par an. Elle est davantage conseillée à l’entrée de la saison hivernale. Cette cure peut aider votre cheval et soutenir ses défenses immunitaires.
  • Garder mon cheval en état : suite à une compétition, notamment due au stress lié au transport, aux épreuves, au maintien dans un box inconnu, votre cheval peut avoir perdu un peu d’état. Vous pouvez alors le complémenter au retour pour lui permettre de récupérer les quelques kilos perdus.
  • Améliorer la qualité des phanères (poil, sabot..) de son cheval : un cheval en bonne santé possède un poil brillant, lisse. L’état du poil du cheval reflète bien son état de santé. Des compléments peuvent donc être distribués si le cheval a un poil terne. Ils permettent, en cure, d’améliorer la qualité du poil et de stimuler sa pousse. La biotine ou encore la levure de bière sont reconnues pour stimuler tant la pousse que la qualité des poils. L’huile de lin, enrichie en oméga 3 et 6, permet d’augmenter la brillance de la robe du cheval. Ces mêmes éléments permettent d’améliorer l’état des pieds du cheval.

Quels compléments alimentaires cheval pour augmenter les performances ?

Il existe de nombreux compléments dont le but est d’améliorer les performances sportives du cheval. Le choix du complément dépendra de ce que l’on souhaite obtenir :

  • Aider à la récupération après un effort important, réhydrater son cheval : vous pouvez alors distribuer des électrolytes, ce sont des produits liquides contenant beaucoup de minéraux. Ces minéraux permettent de compenser les pertes dues à la transpiration. Ils stimulent également la prise de boisson par le cheval.
  • Booster votre cheval : c’est-à-dire lui donner de l’énergie de manière instantanée avant une compétition importante, un effort majeur ou en continu sur une période de la saison. Cette complémentation se fait alors en cure pour une action sur une période plus importante ou à l’aide de seringues qui permettent d’agir à très court terme. Ces produits sont fortement enrichis en vitamines dont les plus importantes sont les vitamines B (B12 notamment). Elles agissent majoritairement sur le métabolisme énergétique.
  • Soutenir les muscles lors d’effort intense : lors d’un effort intense ou prolongé, des molécules oxydantes appelées radicaux libres sont produites par l’organisme du fait d’une accélération du métabolisme énergétique. Les compléments à privilégier sont dans ce cas-là, ceux enrichis en antioxydants. Les antioxydants principaux sont la vitamine E et le sélénium. Ils permettent de neutraliser les radicaux libres protégeant alors les cellules. Ils permettent donc d’éviter les courbatures et d’augmenter les performances. Ces compléments sont très importants chez les chevaux faisant souvent des « coups de sang » ou myosite. Des compléments peuvent également agir sur la production d’acide lactique permettant d’aider le cheval à récupérer et de réduire les crampes.

Si vous sortez en compétition, pensez à vérifier que le produit n’est pas dopant.

Quels compléments alimentaires pour mon cheval ayant des soucis de santé ?

Le cheval peut être affecté par de nombreuses maladies, elles peuvent être récurrentes ou chroniques. Pour certaines d’entre elles, l’apport de compléments alimentaires peut être recommandé pour soutenir votre animal. En effet, certains traitements médicaux ne peuvent être distribués en continu. Il faut donc trouver des alternatives adaptées à chaque maladie. Des compléments sont également connus pour stimuler la guérison du cheval ou encore réduire les récidives. Il en existe aussi pour améliorer la digestion du cheval en équilibrant correctement la flore intestinale. Ils sont particulièrement utilisés chez les chevaux sensibles aux coliques. C’est le cas de la levure de bière. Renseignez vous auprès de votre vétérinaire pour savoir quel complément est adapté à la pathologie de votre cheval.

Quels complémentaires alimentaires pour ma jument en chaleur ?

Les juments sont souvent sujettes à des problèmes lors de leur cycle ovarien. Elles peuvent alors changer leur comportement, principalement lors de leurs chaleurs. Elles peuvent donc être douloureuses pendant ces périodes, rendant le travail compliqué. Des compléments peuvent donc aider à soulager les juments sensibles.

Quels compléments alimentaires pour le cheval âgé ?

  • Une cure de vitamines : un cheval âgé voit ses défenses immunitaires diminuées, le rendant plus sensible. Une cure de vitamines ne peut donc que lui faire le plus grand bien. Pensez y, et surtout lorsqu’il a plus de 20 ans.
  • Soulager ses douleurs : de l’arthrose est souvent diagnostiquée chez les vieux chevaux. Ils ont également de nombreux autres problèmes locomoteurs. Ces différentes pathologies sont douloureuses pour le cheval d’où l’importance de soutenir ses articulations à l’aide de compléments, afin d’améliorer son confort. La douleur s’accroit avec le froid et l’humidité. Ces compléments sont donc à donner préférentiellement au début de l’hiver. Par exemple, un antidouleur naturel puissant très utilisé aujourd’hui est l’Harpagophytum. Il est utilisé minimum un mois en cure.
  • Le garder en état : un vieux cheval maigrit et il est plus compliqué de le maintenir en état. L’huile de table de type Isio4 à donner en tant que complément est assez efficace pour contrer ce problème et le soutenir à prendre de la masse. Donnez lui en un verre par jour.

 

Quels compléments alimentaires pour mon cheval en convalescence ?

Un cheval convalescent sortant d’une longue maladie est souvent anémié avec des défenses immunitaires faibles. Il a également souvent des carences d’importances variées. Vous pouvez alors lui donner une cure de vitamines, particulièrement enrichie en fer. De plus, s’il a subi de lourds traitements, pour l’aider à éliminer les toxines de son corps, des compléments drainants peuvent lui être administrés. Les compléments alimentaires pourront alors stimuler la remise en forme du cheval convalescent.

Quels sont les risques associés à l’utilisation de compléments alimentaires pour les chevaux ?

Il faut faire particulièrement attention aux surdosages de deux éléments :

  • Le fer qui est important pour les muscles et les globules rouges. Un apport excessif de fer peut faire baisser la production de ces derniers, favoriser les lésions musculaires, fragiliser les os…
  • Le sélénium. En effet, bien que très recommandé de part sa fonction antioxydante, le sélénium est très toxique pour l’organisme dès 2 à 5 mg/kg. Cela peut entraîner des boiteries, des lésions osseuses, une détérioration de la corne du sabot, une perte de crins…

Évitez l’automédication et demandez toujours conseil à votre vétérinaire, en terme de compatibilité et de posologie, avant d’utiliser un complément alimentaire.

Par Dr Timothée Audouin, vétérinaire et consultant en e-santé animale.

Découvrez également les dernières actualités et articles sur notre blog :